Taxi autonome : des tests dans les rues de Tokyo

Un taxi autonome a réussi à transporter des passagers payants dans les rues de Tokyo. Une nouvelle avancée pour le futur des voitures autonomes.

Taxi autonome à Tokyo

Un taxi autonome pour 2020 ?

La réussite de ces tests laisse supposer que le service sera prêt à temps pour les Jeux olympiques de 2020. Cela permettra de transporter les athlètes et les touristes entre les sites sportifs et le centre-ville.

ZMP, développeur de technologie de conduite autonome, et la société de taxis Hinomaru Kotsu se sont associés. Ils affirment que les essais, qui ont débuté dans le mois d’août, sont les premiers au monde. En effet, il s’agit des premiers tests impliquant des taxis sans conducteur et des passagers payants.

Un marché porteur, mais concurrentiel

Il y a de la concurrence dans ce domaine de recherche porteur. Toyota et le géant des transports Uber ont déclaré qu’ils intensifiaient leurs efforts pour développer un véhicule autonome. D’autres initiatives existent au Japon, aux États-Unis et en Europe. Toyota investira 500 millions de dollars dans cette entreprise. La marque développera des véhicules basés sur les mini-fourgonnettes des constructeurs automobiles. Les premiers essais débuteront en 2021.

Le projet de taxi autonome d’Uber a été contrecarré en mars lorsqu’une de ses camionnettes autonomes a frappé et tué un piéton en Arizona. Nissan et la firme de technologie DeNa ont testé leur service de véhicule robotisé Easy Ride sur une route de 4,5 km dans la ville portuaire de Yokohama au début de l’année.

DeNa et ZMP ont également mené des essais sur un taxi sans conducteur à l’aide des mini-fourgonnettes Toyota Estima, en mars 2016, faisant la navette entre des dizaines de résidents et les magasins locaux de la ville de Fujisawa, près de Tokyo.

De nombreux candidats veulent tester ce moyen de transport autonome

L’expérience, qui s’achèvera début septembre, a captivé l’imagination des habitants de Tokyo. Pas moins de 1500 personnes se sont portées candidates pour les 96 voyages prévus entre les deux destinations. Un chauffeur et un assistant sont tout de même à bord pour prendre le contrôle du véhicule en cas de besoin. Cependant, les premiers voyages sont déroulés sans incident.

Les passagers déverrouillent la porte eux-mêmes et paient leur billet aller simple via une application pour smartphone. L’un des premiers passagers a déclaré que son voyage du lundi matin était « tellement naturel que j’ai presque oublié qu’il s’agissait d’une voiture autonome ».

D’autres tests arrivent avant la fin de cette année. Ceux-ci relieront l’aéroport de Haneda et les centres de transport du centre-ville. Le focus est porté sur les futurs Jeux olympiques de 2020, mais la route est encore longue.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.