Google+ en perte de vitesse ?

Logo Google Plus

Après avoir établi un record historique en atteignant un nombre d’inscrits faramineux en seulement quelques jours, la réalité semble être tout autre pour la dernière tentative de Google dans le monde du réseau social. Mini-décryptage :

Des débuts fracassants

Tout d’abord, grâce à un buzz savamment orchestré, les 20 millions d’inscrits sur Google+ ont été atteints en seulement 24 jours ce qui le place loin devant ses deux concurrents Twitter et Facebook. Comme pour Gmail à sa sortie, Google a misé sur le système des invitations pour assurer la viralité de son produit. Le résultat parle de lui même !

Nombre d'inscrits Google+,Facebook,Twitter

Inactivité grandissante ?

En revanche, depuis peu de temps, on peut s’interroger sur la viabilité à long terme du réseau social : 83% des comptes seraient inactifs, la plupart ne s’y connectant même pas quotidiennement. Bien sûr, ce chiffre n’est pas forcément alarmiste, voici par exemple quelques statistiques sur Twitter :

Statistiques utilisation Twitter

  • 33% des utilisateurs n’ont jamais rien tweeté
  • 25% des utilisateurs ne suivent personne
  • 30% n’ont même pas 1 follower
Tout cela n’empêche pas Twitter d’être une référence dans le domaine du micro-blogging et personne ne crie au loup en voyant ces chiffres.
De plus, selon le site américain Bloomberg, Google+ aurait perdu en une semaine (du 22 au 27 Août) 5,5% de visiteurs aux États-Unis.
Ces chiffres nous montrent que ces derniers temps, la fréquentation du réseau social a connu une baisse relativement significative.

Et au final ?

Bien entendu, Google+ n’est pas un produit fini et il n’est pas ouvert encore à tout le monde, les invitations sont toujours de rigueur. Le problème c’est que, à mon sens, le réseau social n’est pas en mesure de faire concurrence à Facebook qui vient d’atteindre les 750 millions d’utilisateurs. Pourquoi ? Tout simplement parce que Google, après ses précédents échecs dans le monde des réseaux sociaux, est arrivé bien trop tard dans ce domaine. Bien sur, il propose des fonctionnalités intéressantes que son grand frère ne possède pas mais il reste tout de même bien sagement dans sa lignée. Pour vraiment percer, il aurait fallu proposer quelque chose de totalement différent et d’innovant.

Le deuxième problème, c’est que les utilisateurs « lambda » de Facebook n’ont aucun intérêt à quitter leur réseau social ni à s’occuper de deux réseaux en même temps. Ils sont déjà « ferrés » et n’en bougeront pas sans miracle de Google.

En conclusion, Google+ finira sans doute à terme par regrouper les technophiles mais ne concurrencera pas Facebook comme « le réseau social de monsieur et madame Tout-le-monde ».

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 9 novembre 2011

    […] évolution très impressionnante si on la compare avec les leaders actuels : Facebook et Twitter (article). Mais le géant du web fait encore un pas en avant et annonce la possibilité de créer des pages […]

  2. 20 septembre 2016

    […] ans après le lancement de Google+ qui n’a pas vraiment réussi, le géant américain tente de revenir sur le marché des réseaux sociaux en lançant Community […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.