RapidShare bride le débit des utilisateurs gratuits

Logo RapidShare

Les sites d’hébergement de fichiers ont toujours fait la différence entre les utilisateurs gratuits et les payants qui sont pour eux une grosse source de revenus au même titre que la publicité. Depuis la fermeture de Megaupload, les règles du jeu ont changé. La semaine dernière, Rapidshare a mis en place une nouvelle mesure impactant directement les utilisateurs gratuits. Explications.

Le principe de la différenciation entre payant et gratuit est simple. Les utilisateurs payent pour des services supplémentaires par rapport au service habituel : rien de plus normal. En fin de semaine dernière, RapidShare a annoncé officiellement ce que beaucoup de personnes avaient déjà remarqué : le débit des utilisateurs gratuits est bridé à 30 Ko/s.

On aurait pu penser à un tentative commerciale du site dont le trafic a augmenté de plus de 32% depuis un mois mais l’explication semble être autre. En effet, la raison serait « une sévère hausse du trafic des utilisateurs gratuits, et malheureusement aussi du nombre d’abus depuis, suggérant que certaines personnes violant le copyright ont choisi RapidShare comme nouvel hébergeur pour leurs activités illégales » selon TorrentFreak. On peut voir sur la courbe ci-dessous l’augmentation du trafic du site.

Rapidshare Alexa Rank

Bien entendu, depuis la fermeture de Megaupload, bon nombre d’hébergeurs se sont retrouvés surchargés par les utilisateurs cherchant une solution pérenne pour héberger leurs fichiers. Mais Rapidshare a beau jeu de prétendre lutter contre le piratage sachant que les utilisateurs prendront des comptes payants pour pallier à ce souci, gonflant aussi les profits de l’entreprise allemande. Une bonne action commerciale donc.

Le problème réside plutôt dans la manière dont RapidShare veut différencier « utilisateurs gratuits gérant leurs fichiers personnels » et « méchants pirates profitant du service ». L’uploadeur devra donner à RapidShare l’autorisation de vérifier ses fichiers. Il devra également s’engager à décrire lui-même leur contenu et transmettre les URL des sites sur lesquels les liens seront diffusés s’il ne veut pas que les personnes qui téléchargeront les fichier soient bloqués à 30 Ko/s.

Conclusion : ce bridage devrait produire l’effet inverse de celui espéré, les utilisateurs friands de débit et consciencieux de leur anonymat et de leurs libertés devraient déserter RapidShare pour se tourner vers d’autres services.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.